Nouvelles :

Le Syndicat de l’Agriculture lance sa toute dernière campagne de recrutement des cotisant(e)s Rand

Le Syndicat de l’Agriculture lance sa toute dernière campagne de recrutement des cotisant(e)s Rand – il s’agit de collègues de travail qui, pour une raison ou une autre, n’ont jamais rempli de carte d’adhésion à notre agent de négociation – l’Alliance de la fonction publique du Canada. Cette campagne d’une durée de six mois va durer jusqu’à la fin de la présente année.

La nouvelle méthode de désignation des services essentiels risque de semer la confusion

Dans le cadre de toute ronde de négociations d’un nouveau contrat, toutes les unités de négociation doivent avoir des postes « désignés » comme étant essentiels à la « sûreté et à la sécurité du public ». Aucune grève légale ne peut avoir lieu sans une telle entente, et les employé(e)s qui occupent un tel poste doivent rester à leur poste de travail en cas de débrayage.

La campagne de publicité de l’AFPC avant le déclenchement des élections cible la salubrité des aliments

Les quelque millions d’automobilistes qui ont emprunté le Gardiner Expressway de Toronto durant la tenue des Jeux panaméricains n’ont pu s’empêcher de voir un panneau d’affichage plutôt surprenant montrant du sang s’écoulant d’une feuille d’érable et portant la mention Vote to Stop the Cuts (Votez pour stopper l’hémorragie). Cette affiche fait partie d’une vaste campagne lancée par notre agent négociateur, l’Alliance de la fonction publique du Canada, dans le but d’attirer l’attention de la population sur les énormes dommages que cause le gouvernement Harper aux services publics. Cette campagne comprend des panneaux d’affichage, des affiches, des annonces à la radio et aussi des messages ciblés sur le Web et les réseaux sociaux. Elle invite les Canadiennes et les Canadiens à voter lors de la prochaine élection fédérale en faveur des candidat(e)s qui s’opposent à d’autres compressions et qui veulent que les services publics fondamentaux soient restaurés. La salubrité des aliments fait partie de la demi-douzaine de thèmes de cette campagne de l’AFPC, les autres portant notamment sur les anciens combattants, la sécurité aux frontières, la recherche et le sauvetage, l’assurance-emploi ou encore la protection de l’environnement. Pour plus de renseignements sur cette vaste campagne publique, y compris la publicité spécifique sur la sécurité des aliments, cliquez...

Le manque de personnel d’inspection menace la saison estivale des BBQ

Un BBQ dans le jardin ou au chalet, voilà l’un des grands plaisirs canadiens qui rejette bien loin les pensées de nos hivers frigides typiques du mois de février ! Toutefois, les amateurs de BBQ en Ontario et un peu partout au pays devraient être sur leur garde du fait que le manque chronique de personnel chargé de l’inspection des aliments pourrait bien avoir de sérieuses répercussions sur la sécurité des aliments et de la volaille qu’ils mettent sur leur gril. Cette situation hautement dangereuse a été révélée lors d’un sondage sur la dotation en personnel, publié par le Syndicat de l’Agriculture à une conférence de presse à Toronto le 28 juillet. Le tout repose sur un rapport sur la situation des services d’inspection par le personnel de première ligne de l’Agence canadienne d’inspection des aliments et le Rapport de l’ACIA sur les plans et priorités pour 2015-2016. Selon le sondage en question, les équipes d’inspection de la région de Toronto fonctionnent fréquemment avec les deux-tiers seulement du nombre requis d’inspecteurs et d’inspectrices de l’abattage. Les régions du centre et du sud-ouest de l’Ontario elles-aussi fonctionnent avec un nombre d’inspecteurs et d’inspectrices inférieur à celui qu’il leur faudrait pour garantir le respect des exigences en matière de sécurité. « En raison de la rapidité avec laquelle on veut procéder à des compressions dans le programme actuel d’inspection de l’abattage, aucune évaluation adéquate du risque qu’entraîne le nouveau programme n’a été entreprise. « Entre-temps, l’Agence laisse l’inspection actuelle de l’abattage se réduire comme une peau de chagrin, refuse de combler les postes vacants et ferme les yeux sur les établissements d’abattage qui fonctionnent...

Une enquête détaillée de la chaine de télévision Global appuie notre position sur la salubrité et la sécurité des aliments

Une enquête-reportage de la Global TV reprend les inquiétudes du Syndicat de l’Agriculture soulevées par les compressions aux niveaux de la qualité et de la quantité des inspections des aliments. Cette enquête, intitulée Tainted lunch: Navigating gaps in Canada’s food safety system, a été diffusée la première semaine de juin. Un long article affiché ICI sur le site Web de Global TV résume bien les résultats de cette enquête. À la recherche de données dans le cadre des lois sur la liberté de l’information, Global s’est concentré sur l’épidémie de la bactérie e-coli de l’été dernier en Alberta. De la viande de porc contaminée avait en effet rendu malade plus d’une centaine de personnes, dont un grand nombre d’enfants frappés de problèmes rénaux. Les inspecteurs et inspectrices de la salubrité des aliments de cette province n’ont jamais trouvé la source de cette viande contaminée. Bien que dans ce cas les services d’inspection fédéraux n’étaient pas concernés, cette épidémie en Alberta a rappelé la terrible épidémie de la listériose de 2008 de Maple Leaf, et aussi celle de la bactérie e-coli de XL Foods de 2012. Dans ces deux cas, le système de salubrité et de sécurité des aliments n’est pas parvenu à trouver le problème à sa source, mettant ainsi en danger la population. Citant un récent sondage Ipsos selon lequel 78 pour cent des Canadiens et Canadiennes sont préoccupé(e)s par la salubrité des aliments qu’ils et elles consomment, le rapport de Global mentionne « qu’alors que les chaînes d’approvisionnement des aliments sont de plus en plus complexes, l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) compte de moins en moins de...

Début des négociations à Ottawa pour l’équipe de l’ACIA

L’Équipe de négociation chargée de conclure une nouvelle convention collective pour les membres du Syndicat de l’Agriculture qui travaillent à l’Agence canadienne d’inspection des aliments, a entamé son travail à Ottawa, du 26 au 28 mai. Les membres de l’Équipe se sont réunis pour la première fois depuis leur élection à la Conférence nationale des négociations de l’ACIA. Leur première tâche est de préparer une trousse de revendications collectives afin de la présenter à l’employeur. Pour lire la mise à jour sur l’évolution des négociations, publiée à la fin de la première réunion de trois jours à Ottawa, allez ICI. Nous invitons fortement les membres à s’abonner à ces mises à jour de l’Équipe pour rester au courant, d’autant que cette ronde s’annonce difficile. La photo ci-dessus de l’Équipe de négociation de l’ACIA a été prise le 28 mai dernier. À l’exception de Jacques Rousseau qui était absent, les membres de l’Équipe sont les suivants : Eryn Butterfield; Rick Cormier; Richard Hilson; Bob Kingston; Terri Lee; Randy Olynyck; Marlene O’Neil et Karen Zoller. L’Équipe bénéficie par ailleurs de l’aide de Hassan Husseini (négociateur de l’AFPC) et de Bonnie Bates (agente de recherche de l’AFPC)....

Le nouveau ministre albertain de l’Agriculture retrace ses racines de militant à son engagement à notre syndicat

À une époque on l’appelait « Confrère Carlier ». Aujourd’hui c’est « Monsieur le ministre » ! Oneil Carlier vient tout juste d’être nommé ministre de l’Agriculture, des Forêts et du Développement rural par la première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, dans la foulée du ‘chinook orange’ qui a balayé cette province et mis en place un gouvernement majoritaire NPD, à la surprise générale, à l’issue des élections du 5 mai dernier. Oneil Carlier a un rapport très particulier avec ses électeurs et électrices des régions agricoles d’une part, et le mouvement syndical, de l’autre. Originaire d’une famille d’agriculteurs qui a élevé du bétail et fait planter des cultures diverses et ce, pendant plusieurs générations, il a passé 20 ans en tant que technicien géotechnique à Agriculture et Agroalimentaire Canada. Durant ces deux décennies, Oneil Carlier a affuté ses capacités de militant dans le cadre de son travail pour le Syndicat de l’Agriculture. En 2002, il a été embauché en tant que représentant régional par notre agent négociateur, l’Alliance de la fonction publique du Canada, en Alberta. Oneil Carlier est l’un des douze ministres seulement d’un cabinet – le plus petit de l’histoire de l’Alberta – au sein duquel la présence des deux sexes est parfaitement équilibrée. Nous souhaitons à ‘Monsieur le Ministre’ de réussir dans tout ce qu’il entreprendra dans le cadre de son nouveau portefeuille. Le ‘confrère Carlier’ est l’exemple type du crédo du mouvement syndical : Ce que nous désirons pour nous-mêmes, nous le souhaitons pour tous !...

Protestation des membres de Summerland suite à la dernière attaque des conservateurs  contre la négociation collective libre

Les membres du Syndicat de l’Agriculture se joignent à ceux de l’AFPC un peu partout au pays pour s’opposer au Projet de loi C-59, Loi d’exécution du budget. Cette proposition de texte de loi, déposée à la Chambre des communes à la mi-mai, est la dernière attaque lancée par un gouvernement Harper revanchard contre la libre négociation collective. Ce texte permettrait à l’employeur de modifier unilatéralement les conventions collectives pour en retirer les congés de maladie et imposer un régime d’assurance-invalidité à court et à long terme, en dehors des conventions collectives. Cette véritable massue législative aux mains des conservateurs rejetterait la négociation collective actuelle ainsi que les lois en vigueur sur les relations de travail dans la fonction publique. Notre agent négociateur, l’Alliance de la fonction publique du Canada, avait temporairement suspendu les discussions contractuelles pendant qu’il examinait ses options. Sur la photo ci-dessous on reconnait nos membres au Centre de recherches agroalimentaires du Pacifique de Summerland (C.-B.), qui ont répondu à l’appel lancé par l’Alliance pour protester contre le Projet de loi C-59, Au cours de cette manifestation du 19 mai, les participant(e)s ont apposé leur signature sur une banderole en guise d’appui aux membres de leur équipe de négociation. La présidente de la Section 20043, Darrell-Lee McKenzie, et ses membres ont été rejoint par Bob Jackson, membre du Syndicat de l’Agriculture et vice-président de l’AFPC pour la région de la Colombie-Britannique.    ...

Appui inconditionnel à la Campagne d’action politique de la part délégué(e)s du Syndicat de l’Agriculture au Congrès de l’AFPC

Des centaines de déléguées ont accouru, la dernière semaine du mois d’avril, au Congrès national triennal de note agent négociateur, l’Alliance de la fonction publique du Canada. Toutes les personnes assistant à cet important événement, à Québec, étaient animées d’une grande détermination, soit celle de mettre en place une stratégie pour s’opposer aux compressions en cours imposées par le gouvernement conservateur, aux emplois et services de la fonction publique. La prochaine élection fédérale d’octobre a suscité un engouement supplémentaire pour la mise en place de diverses actions. C’est ainsi qu’une résolution d’urgence a été adoptée à l’unanimité et avec grand enthousiasme. Les délégué(e)s du Syndicat de l’Agriculture ont été à l’avant-scène pour manifester fortement leur soutien à l’appel lancé par l’AFPC pour le lancement d’une offensive pour faire échec aux attaques incessantes du gouvernement Harper contre nos membres. La résolution en question demande à l’AFPC de dépenser jusqu’à concurrence de 5 millions de dollars, venant de son excédent, pour mener une campagne stratégique destinées : à s’opposer aux actions du gouvernement qui risqueraient de compromettre l’un quelconque des droits de nos membres, à poursuivre la syndicalisation et la mobilisation de nos membres dans le cadre d’actions concentrées et stratégiques, en collaboration avec d’autres syndicats, pour défendre nos droits à la négociation, à entamer les poursuites juridiques nécessaires pour défendre notre droit constitutionnel à des négociations collectives libres, et à faire en sorte d’élire un gouvernement fédéral qui respecte les droits des travailleurs et travailleuses et des syndicats, et les services publics, et qui gouverne pour le bienfait des travailleurs canadiens et travailleuses canadiennes. Cette résolution d’urgence faisait partie d’un nombre...

Deux de nos dirigeants de longue date au Québec se voient attribuer la qualité de membre à vie du Syndicat de l’Agriculture

Le travail accompli par deux de nos dirigeants de longue date, du Québec, a été reconnu par le Conseil national qui leur a attribué la qualité de membre à vie au Syndicat de l’Agriculture. Un tel honneur est relativement rare, mais dans ce cas-ci il est largement mérité. Cette prestigieuse récompense rend hommage aux femmes et aux hommes dont le dévouement sans fin envers le bien-être de leurs consoeurs et confrères leur mérite une place très spéciale dans l’histoire et l’évolution de notre syndicat. Le nombre maximal de membres à vie est fixé par le Conseil national qui examine les mises en candidature à ce groupe exclusif. Les deux derniers membres de longue date à recevoir ce titre de membre à vie le méritent amplement. Raphaël Tarasco a pris sa retraite de la Section 10012 de Montréal après avoir passé trois décennies aux services des membres du Syndicat de l’Agriculture. Agissant tout d’abord en tant que délégué de sa section en 1983, Raphaël s’est engagé de plus en plus, passant de président du comité local de la santé et sécurité aux postes de vice-président puis de président de sa section, et enfin à celui de vice-président de la région de l’Ouest du Québec. Il a mis un point final à sa carrière syndical comme troisième vice-président exécutif national de 2011 à 2014. Denis Sicard, qui quant à lui a pris sa retraite de la Section locale 10012, a consacré près d’un quart de siècle de sa vie à défendre les droits des membres du Syndicat de l’Agriculture. Sa carrière au sein du mouvement syndical ressemble à bien des aspects...

Appui de quatre projets par notre Fonds de justice sociale

L’appui – qu’il soit nouveau ou renouvelé – venant du Fonds de justice sociale du Syndicat de l’Agriculture (FJSSA) permet d’améliorer l’existence de populations en Amérique du Nord, du Centre et du Sud. Ici, au pays, un don au Refuge pour femmes du Centre de l’Alberta, à Red Deer, va faciliter le financement des services d’intervention de crise et de consultation du Programme d’aliments pour enfants du refuge. Ce refuge offre une aire de protection aux victimes de violences familiales en plus de diffuser toutes sortes de renseignements et de promouvoir l’éducation, tout ceci dans le but de briser le cycle de la violence familiale. En sus des fonds provenant du FJSSA, une séance d’information et un encan silencieux ont été organisés à l’occasion du Colloque de la région de l’Alberta pour venir en aide au refuge. Fidèle à une longue tradition, la Section locale 4 de l’Île-du-Prince-Édouard prend ses dispositions pour procéder à l’achat d’un bouvillon primé à l’Exposition du bétail du printemps de Charlottetown. L’animal choisi sera paré, empaqueté puis livré aux banques alimentaires de l’Î-P-É., juste à temps pour les dîners de Pâques. Cette activité sans but lucratif – conjointement financée par la Section locale 4, le Fonds de justice sociale du Syndicat de l’Agriculture et l’Alliance de la fonction publique du Canada – soulagera quelque peu la situation difficile que vivent les familles les moins fortunées tout en aidant l’industrie locale du bœuf confrontée à de gros problèmes économiques ces temps-ci. Dans le cadre de cette initiative, le profil du Syndicat de l’Agriculture et les précieux services publics que rendent nos membres, ne pourront en...